MIA15 - Vincitore   La libertà non è gratis: sostieni questo progetto contribuendo ad a/simmetrie.
Puoi anche destinarci il 5x1000 (CF 97758590588): non ti costa nulla, e qui ti spieghiamo come fare.

sabato 7 novembre 2015

Le plan C, ou « Splendeurs et misères de la gauche européenne »



Au colloque : « Personne ne croit dans une Europe fédérale ! »

Je me trouve à Rouen, la ville où tant de choses européenne se sont passées (comme dans toute ville qui se trouve en Europe, d’ailleurs), à partir d’un certain procès, pour en venir à un certain colloque, qui est l’occasion de ma visite.

Deux événements relativement lointains, mais qui ont en commun une forte présence de juristes, et des débats fort intéressants.

On m’y avait appelé pour décrire le processus de régionalisation en Italie, ce que j’ai fait comme j’ai pu, avec l’aide des collègues membres de l’association a/simmetrie, que je préside en ce moment (voici un peu de ce qu’on fait). Le but du colloque était en fait celui de comparer les différentes expériences de décentralisation et régionalisation, c’est-à-dire, en quelque sorte, de « fédération » des pouvoirs locaux (qu’ils soient des états, comme aux Etats Unis, des régions, comment en Italie, ou des cantons, comme en Suisse). On abordait des thèmes tels que la position des Etats fédérés (voire des régions) par rapport à l’Etat fédéral (voire, à l’Etat central), la position des Etats fédérés (voire, des régions) par rapport aux collectivités infra-étatiques (départements, intercommunalités, métropoles, capitales, communes…), etc. Les asymétries économiques y jouent un rôle majeur, que ce soient sur le plan informatif, ou sur le plan des rapports de forces, ou des règles de fonctionnement, et en effet presque tous les intervenants faisaient référence à la notion d’asymétrie dans leurs exposés.

Après deux jours de travaux, une chose me paraît évidente, et, en jouant une certaine naïveté (estote ergo prudentes sicut serpentes et simplices sicut columbae), je ne renonce pas à la faire remarquer à mes collègues :

« Chers collègues, on a parlé de protection des minorités ethniques, j’espère donc que vous allez accueillir avec tolérance cette question du seul économiste présent. On a vu les problèmes de la régionalisation, et on peut dire qu’ils sont largement communs à toutes les expériences qu’on a analysées : de la difficulté de régler démocratiquement les conflits entre les différents niveaux de gouvernements, à la difficulté de s’adapter au fait (historique et économique) que les frontières changent, etc. On a vu, au même temps, qu’à ces problèmes toujours égaux dans le temps et dans l’espace les différentes communautés ont donné des solutions toujours différentes, surtout ici et maintenant, en Europe. Ceci posé, ma question est la suivante. En tant qu’économiste j’assiste à la crise de la zone euro, qui est le plus grand succès de la profession économique – car cette profession avait bien prévu ce qui allait se passer. On me dit que les difficultés économiques étaient en effet prévues, mais qu’on va les résoudre en allant vers un état fédéral européen. Les Etats Unis d’Europe vont nous sauver. La question est donc : quel modèle de fédération intra-étatique vont choisir des états qui ont adopté des modèles de fédération infra-étatique si différenciés ? »

Il faut que vous sachiez que ce colloque était organisé par des juristes non seulement très compétents, mais aussi très européistes (comme j’essaie de l’être moi-même, ainsi que le témoigne mon obstination à m’exprimer dans une langue qui n’est pas ma langue maternelle). Je m’attendais que cette question aurait causé une certaine gêne, comme elle l’aurait fait sans faute si elle avait été posé en Italie, où le mantra des EUE (Etats Unis d’Europe) est à la une (et à la deux, trois, quatre…) de tous les médias en ce moment. Leur message est que nous sommes en crise parce que nous n’avons pas cédé assez de souveraineté à l’Europe (quitte à ne pas se demander non seulement si ceci serait vraiment une bonne chose, mais, avant tout, qu’est-ce que c’est précisément que cette Europe – d’où ma question). Pour nos journalistes, l’« Europe », c’est-à-dire les EUE, à savoir, l’état fédéral européen, c’est la Terre promesse, c’est le Paradis sur terre, où le loup allemand (qui a, comme vous savez, des allures de berger) va se coucher à côté de la brebis grecque (ou de ce qui en reste), et ensemble ils vont rêver l’Europe (qui à présent est rêve seulement pour certains, et cauchemar pour tant d’autres). Douter de cela serait blasphème, en Italie, et je m’attendais donc que ma question, qui provenait d’un réel intérêt, puisse être interprétée comme une provocation.

Rien de tout cela.

La réponse est rapide, sereine, univoque (et aussi un peu patronising – je ne saurais pas le dire en français. Mais d’ailleurs j’étais en minorité…) : 

« Mais voyons, cher collègue ! Personne ne croit aujourd’hui qu’un modèle fédéral puisse s’appliquer à l’échelle européenne, ce ne serait pas soutenable ! »

Mes lecteurs vont sourire en imaginant que quelqu’un ait pu penser de m’expliquer cela, à moi !

Mais moi, qui suis poli, je remercie, avec un sourire que mes lecteurs connaissent, et en simulant même une certaine stupeur (je ne voulais pas ôter à mes collègues le plaisir de m’avoir dit comme si c’était nouveau quelque chose que je répète depuis cinq ans tous les jours à toutes les heures), et je m’en vais au bistrot avec mon ami économiste, que les lecteurs de ce blog connaissent bien.

Le lecteur italien aura l’amabilité de retenir que dans un colloque de juristes européens et européistes on donne comme un fait avéré et certain que l’idée d’état fédéral européen soit una cagata pazzesca (le lecteur français aura certainement compris).

Au bistrot : les cinq erreurs passées de la gauche
Mon ami suit de loin mon engagement, et il le partage, en tant qu’intellectuel de gauche. On échange donc nos vues sur la situation. « Les choses ici ont changé », me dit, « et la Grèce a été un tournant, mais ça ne va pas durer longtemps, et, en plus, ceci a pris un tour qui ne me plait pas. On parle de plan B, je ne sais pas si tu en sais quelque chose… »

Là, je me rappelle un mot de Ennio Flaiano, un grand (et grandement méconnu) intellectuel pas de gauche italien (Google vous aidera) : « Io Borges lo leggevo nel '50, adesso piace anche ai portieri » (je lisais Borges dans les années ’50, maintenant il plait même aux concierges), et je lui réponds :

« Oui, bien-sûr que j’en sais quelque chose, tu peux l’imaginer. Moi je parlais de plan B il y a un an, avant que son utilité ne devienne évidente à nos « gauches » [note pour les lecteurs non-francophones : gauche signifie aussi maladroit]. Tu sauras certainement que dimanche prochain (le 15 novembre) il y aura à Paris un grand rassemblement de leaders de gauche pour présenter justement ce plan B ».

Et mon collègue de répondre : « Non, vraiment je n’en savais rien ! »

« Tu vois donc que cela commence bien ! Moi je le sais parce que un de ces leaders, Stefano Fassina, qui vient de quitter le PD [note pour les lecteurs francophones : je ne suis pas homophobe], devait participer à un débat que j’organise en Italie, et qui porte exactement sur ce que nos amis les juristes ne nous ont pas expliqué, faute de temps, à savoir : si un état fédéral n’est pas possible, comment va-t-on unir l’Europe, cette Europe même que l’euro a si divisé ? Mais Stefano m’a posé un lapin pour se voir avec Mélenchon, Lafontaine, et Varoufakis. Avec ce dernier, ça fait un peu radeau de la Méduse, mais on verra… »

Et mon collègue : « Mais, tu vois, ce qui ne me convient pas de l’approche « plan B » c’est qu’au fond du fond du fond toute cette histoire ne sert qu’à valider le plan A. C’est une stratégie très faible au point de vue politique, car le discours, dans son essence, est qu’il faut menacer avec un plan B l’Allemagne pour qu’elle nous octroie des conditions qui nous permettent de survivre dans le status quo. Donc, l’objectif politique réel de cette approche est le plan A. »

Et moi : « Ecoute, j’ai écrit deux livres pour expliquer tout cela aux italiens, et d’ailleurs Stefano est sorti du PD après les avoir lus. Il dit avoir compris grâce à ton humble serviteur que dans l’euro aucune gauche n’est possible.

Mais il reste toujours un peu en arrière.

En avril 2014, en intervenant à mon colloque sur le plan B, il n’était pas convaincu du tout de la nécessité de ce dernier. Et pourtant, avant les élections européennes parler de plan B pouvait avoir un sens : le sens était de montrer aux électeurs qu’en dehors de l’euro il n’y avait pas la catastrophe, et qu’on aurait pu gérer techniquement une sortie, s’il y avait eu une majorité politique disposée à le faire. Mais Stefano n’était pas d’accord, il parlait hyperinflation, à cette époque (et j’ai montré sur des très bonnes revues que ceci est une bêtise ; sans aller si loin, il suffit de se rappeler que dès lors la devise italienne, qui se trouve malencontreusement à être l’euro, a dévalué de presque 30% par rapport au dollar, sans qu’on ait eu autre que de la déflation, qui est, comme toi et Stefano savez bien, le contraire de l’inflation) !

La Grèce a fait la différence, mais à mon sens ce n’était pas nécessaire d’attendre le massacre d’un peuple entier pour changer d’avis, car ce massacre était prévisible, si fait que je l’avais prévu, après avoir expliqué les raisons de mon scepticisme.

Tu as raison, la logique de la menace est idiote, d’autant plus qu’on menace quelqu’un à fin qu’il nous permette de rester dans un système où nous n’avons aucune chance de survie ! Ceci n’est pas de la politique. Je me doute d’ailleurs que quelqu’un qui n’a pas le courage de m’avouer qu’il me posait un lapin, ait le courage de menacer Mme Merkel d’une façon crédible. Il est vrai que j’ai un mauvais caractère (ce billet le prouve), mais je me considère moins redoutable que Mme Merkel. En fait, ceci n’est que la dernière (pour le moment) dans une longue série d’erreurs politiques que la gauche italienne « de gauche » a commises. Je t’en fais une petite liste, car elles ne sont pas dépourvues d’intérêt général. Le résumé est très rapide : mes amis gauches de la gauche « de gauche » se sont trompés cinq fois : en attendant Hollande, en attendant Schulz, en attendant Renzi, en attendant Tsipras, et en attendant la catastrophe grecque. Et chaque fois je les avais prévenus que c’était une erreur, comme je vais te montrer.

En attendant Hollande…
Premièrement, nos ami de « gauche » se sont leurrés en 2012 que l’élection du camarade Hollande aurait changé la donne en Europe, en obligeant Mme Merkel à renoncer à l’austérité. Ceci était une bêtise, et j’expliquai pourquoi tout de suite après cette élection (mais on ne m’aurait compris que beaucoup plus tard). 

En attendant la social-démocratie allemande…
Deuxièmement, il se sont leurrés en 2013 que les élections allemandes auraient changé la donne, à savoir, que la victoire du camarade Schulz aurait conduit les allemands sur le chemin de la social-démocratie, et donc de la solidarité entre prolétariats européens. Mais ceci aussi était une bêtise, pour une raison que j’avais expliqué bien avant, dans mon livre de 2012 (à p. 250), et qui est maintenant évidente à tous. Il était idiot de penser qu’un tournant « à gauche » de la politique allemande, même s’il s’était vérifié (ce qui était très difficile), aurait pu changer quelque chose, car la classe politique allemande, toute entière, avait, pendant toute la crise, menti à ses électeurs, en rejetant la responsabilité de la crise seulement sur les peuples du Sud, avec un racisme qui ne laissait pas bien espérer et qui était contraire à ce que les données (et le vice-président de la BCE) nous disaient (notamment, que la crise était une crise de dette privée due au comportement très « imprudent » des banques du Nord). Une fois menti, les politiciens devaient être cohérent, car si un parti, de n’importe quelle couleur, s’avisait de dire qu’une attitude plus coopérative aurait été souhaitable, les membres du parti opposé auraient pu le détruire en disant : « Voyez ce traitre qui nous demande d’être gentils avec ces porcs, ces PIGS, ces paresseux qui ont mis en danger par leur vice notre style de vie vertueux ! » Et c’est exactement ce qui s’est produit, comme il se devait, lorsque le camarade Schulz a réprimandé son camarade Tsipras, avec une amertume qu’on aurait préféré ne pas voir, et ceci au moment même où le « méchant » Schäuble était en train de proposer à la Grèce une sortie assisté (qui ne put être réalisée du fait de l’opposition américaine).

En attendant Renzi…
Troisièmement, ils se sont leurrés que l’Italie aurait pu changer la donne pendant le semestre de présidence de l’Union Européenne. C’est en tout cas ce qui me dit Fassina lorsqu’on se vit sur un plateau de télévision le 14 novembre 2013. Mais en Italie tous, et Stefano mieux que tant d’autres, savent que la campagne électorale de Renzi a été soutenue par Algebris, ce même Algebris dont on a appris avec très grande surprise (pas mienne : des autres !) qu’elle, avec peu d’autres grande banques, influence les décisions de la BCE. Il est difficile, n’est-ce pas, que deux marionnettes tirées par le même fil aillent en directions opposées ! Et en fait Renzi fit un discours très courageux lors de l’ouverture du semestre, et il se poussa jusqu’à reprocher à l’Allemagne d’avoir violé les règles en première (ce qui est un fait). Mais tout de suite après les banques, par Mme Merkel interposée, lui dirent « tout beau ! » (plus exactement : « tout peau ! »), et Renzi se mit couché, comme il était prévisible (il est bien dressé).

La fin de l’austérité reculait.

En attendant Tsipras…
Quatrièmement, il se sont leurrés que la Grèce aurait pu changer la donne, car le couragueux (c’est un lapsus, mais je le laisse car il est joli), pardon : le courageux Simon Bolivar des Balkans, Tsipras, aurait fait basculer à gauche l’axe de la politique européenne ! Ceci est encore plus idiots, et là, vraiment, il m’a fallu aimer beaucoup le genre humain pour les écouter débiter leurs conneries, pendant nombre de séminaires et de rencontres plus ou moins publiques, sans leur jeter à la figure combien ils étaient cons. La bêtise était double, dans ce cas. Deux détails échappaient à nos gauches amis. Le premier est qu’un pays non banal, doué d’une force de frappe, et d’une importance politique et économique bien majeure, notamment la France, n’avait pas réussi à fléchir l’Allemagne. Comment pouvait-on espérer que la Grèce, un pays petit, débiteur, affaibli par la crise plus que les autres, puisse y parvenir ? Le deuxième détail est que Tsipras se disait contraire à l’austérité, mais favorable à l’euro. Par cela, il se rendait complice des politiques meurtrières de la BCE, comme tous ont vu après, et moi j’avais dit avant.

La raison est très simple, mais ça vaut toujours la peine de la répéter : lorsqu’une situation de déséquilibre dans les échanges entre deux pays se produit, et donc un pays devient débiteur d’un autre, il n’y a que deux solutions. La première est la dévaluation du débiteur/réévaluation du créditeur, ce qu’on appelle la dévaluation externe, c’est-à-dire, de la valeur extérieure de la monnaie (sa valeur sur les marches des changes). Cette dévaluation a deux effets : (i) les biens du débiteur deviennent plus avantageux pour le reste du monde et donc ses exportations décollent, ce qui permet au débiteur de trouver des ressources pour payer ses dettes ; (ii) et une partie de ces dettes peut être remboursée en devise « faible » (la dévaluation donc revient à un « haircut »). L’autre solution est la dévaluation interne, c’est-à-dire l’austérité : par des coupes budgétaires et des hausses d’impôts on détruit les revenus des citoyens, qui donc achètent moins et par cela importent moins (ce qui réduit la nécessité de repérer des ressources financières pour solder les importations) ; en même temps, l’austérité fait flamber le chômage, ce qui exerce une pression sur les salaires (pour les réduire, bien évidemment), ce qui, en principe, devrait rendre les bien nationaux plus avantageux pour les acheteur étrangers, ce qui en principe devrait faire décoller les exportations, ce qui en principe devrait permettre au pays débiteur de trouver des ressources pour payer ses dettes. En principe, car en réalité, puisque tous les pays appliquent des politiques pareilles au même temps, tous les acheteurs dans tous les pays ont moins d’argent dans leurs poches, et donc personne ne peut dépenser pour soutenir la reprise de l’économie.

En défendant l’euro Tsipras excluait le premier mécanisme (la dévaluation « externe »). Donc, faute d’alternative, il était favorable au deuxième, la dévaluation interne, c’est-à-dire l’austérité, même s’il se disait contraire. Et en effet, même si les média (financé par les grandes banques) en ont fait un héros triste, on n’a pas pu cacher qu’il avait été guidé pendant toute la crise par les Etats Unis. Ces derniers voulaient la Grèce dans l’OTAN, et donc dans l’euro. Il était en fait clair que l’intransigeance allemande aurait forcé Tsipras de s’adresser à la Russie pour ses nécessités financières immédiates en cas de sortie de l’euro. Tu vois donc qu’il fallait être bien imbéciles pour s’attendre quelque chose de ce petit bourgeois téléguidé, qui aura, en remercîment de son obéissance, un poste dans une des prochaines Commissions Européenne (je suis prêt à un pari que tu n’accepteras pas !).

En attendant la catastrophe grecque…
Mais ce n’est pas fini ! Il y a eu encore une erreur, la cinquième, et toujours concernant la Grèce. Après avoir cru que la Grèce aurait pu changer la donne, nos gauches amis se sont leurrés que sa fin tragique aurait pu atteindre le même but. Plus exactement, lorsqu’ils savaient déjà que l’euro ne pouvait pas marcher, et se le disaient, et comprenaient qu’il n’y avait aucun espoir pour nos frères grecques, ils ont cyniquement attendu une catastrophe inévitable, dans l’espoir que cela puisse émouvoir les consciences. Mais là aussi il était facile de prévoir que rien ne se serait passé. Bien au contraire ! Alors que les autres peuples européens auraient dû se demander « qu’est-ce qu’elle en a à foutre Mme Merkel avec les décisions d’un gouvernement souverain qui n’est pas le sien ? », leur réaction a été comprise entre deux extrêmes : d’un côté, le racisme abominable des imbéciles qui pensaient « ces Grecques l’ont bien mérité ! » (par ailleurs, mon article où j’expliquais que les choses allaient autrement a été acclamé comme meilleurs article de 2015 à la « Fête du web » italien) ; de l’autre côté, les idiots résignés, qui se répètent : « L’euro est une bonne chose, si même les grecques qui en sont massacré ne veulent pas y renoncer ! »

Et pourtant je l’avais bien dit, dans mon livre de 2012, que « si on ne s’oppose pas à l’euro, il n’y aura pas de limites à ce que l’on pourra nous faire » !

Ce que je n’avais pas prévu, car je ne peux pas tout prévoir, était qu’il n’y aurait pas eu de limites à ce que nous aurons accepté. Cette absence de limites rend le système instable : le capital financier va tirer la corde de la déflation jusqu’à la casse, et la casse sera, comme toujours, une guerre mondiale (notre unique espoir étant la présence d’armes nucléaires, qui pourraient peut-être déconseiller un remède si extrême : mais l’escalade de provocations entre Etats Unis et Russie montre que c’est par là que nous devrons passer…).

Au bistrot : la prochaine gauche erreur de la « gauche »
« Le plan B est aussi une erreur… »

Et mon collègue : « Oui. Il faudrait un plan C, comme : « couper ». On ne rentre pas dans une logique de menace, et on commence simplement à raisonner sur comment dissoudre l’Union, en présentant aux électeurs la sortie, et non pas la permanence « sous menace », comme objectif politique primaire».

Et moi : « Je suis tout à fait d’accord, si fait que j’ai dit cela en public ! A un journaliste qui sur un plateau de télévision me demandait « Qu’est-ce que vous feriez si vous étiez ministre des finances ? » j’ai d’abord donné une très rapide leçon de droit constitutionnel (c’est le premier ministre, non pas le ministre des finances, qui définit la politique du gouvernement), et en suite j’ai dit que dans le conseil des ministres j’aurais proposé (et je proposerai, au cas échéant) une chose très simple : de communiquer à nos partenaires que pour ce qui concerne l’Italie l’expérience de l’euro est terminée, et qu’on compterait sur leur bon sens pour donner lieu à une solution coopérative. A l’instant même, on appliquerait les mesures techniques décrite par Sapir, Bootle, et tant d’autres (tout est dans mes livres et ceux de Jacques, bien sûr). Il y a eu plus de cinquante dissolutions d’union monétaires dans l’après-guerre, et ce qui sont sortis se sont en général trouvés mieux. On sait quoi faire (je reviendrais sur cela).

Je suis donc convaincu comme toi que si avant les élections européennes un plan B pouvait avoir un sens, maintenant c’est le plan C qu’il faut se proposer comme objectif politique (et je vois qu’en Italie les partis communistes commencent à en prendre conscience, si fait qu’ils ne peuvent plus se passer de m’écouter : tu pourras apprécier que ma première questions à ces camarades a été : « Que puis-je vous dire que vous ne sachiez déjà ? »).

Par contre, le plan B proposé par la pseudo-gauche européenne a énormément de problèmes et prépare une autre catastrophe politique des forces progressiste. Il n’est pas difficile, et, encore une fois, il pourrait être très utile, de faire la liste de ses défauts, qui sont dans leur essentiel quatre : le plan B s’affaiblit au moment même où il valide automatiquement le plan A (comme tu l’as très bien dit) ; le plan B est proposé par la gauche en très fort retard, ce qui oblige les proposants, pour s’excuser, à délirer d'une « sortie de gauche » qui invalide le plan B ; la sortie de gauche, à son tour, oblige à donner des messages très fourvoyants; finalement, le proposants du plan B ne disposent pas d’un véritable plan, n'ont pas les compétences, parce-qu'ils n'ont pas voulu les avoir.

Voyons cela dans le détail.

Le plan B valide le plan A comme véritable objectif politique
Premièrement, comme tu le disais, au moment même où l’on parle de Plan B on valide le Plan A, à savoir la permanence dans l’union monétaire. On rentre donc dans le discours, absolument trompeur (et que Fassina paraissait avoir lui-même abandonné), selon lequel une « autre Europe » serait possible, avec un corollaire : on ne peut changer « cette Europe » que de l’intérieur, en menaçant, d’une position de faiblesse, le pays le plus fort. Mais (je me répète) cette logique, l’idée qui puisse exister une Europe avec euro et sans austérité, est fautive. C’est exactement la faute (si c’était une faute) qui a mené Tsipras à sa faillite (si c’était une faillite, et non pas un succès, sous forme d’un fauteuil à Bruxelles). Il est clair que lorsque on parle de plan B ce qui est proposé à l’électeur comme désirable est le Plan A (une « autre Europe »). Par définition, le Plan B c’est une échappatoire, c’est la sortie de secours, dont on a finalement compris la nécessité, mais dont on préfère ne pas se servir, car c’est si beau de rester assis dans le théâtre européen, à regarder le spectacle de la déflation…

Ceci est complètement idiot, je me répète.

Non seulement le faible ne devrait pas s’aviser de menacer le fort (Grèce enseigne), mais, plus en général, dans l’euro, qui est en son essence un accord de déflation salariale (car l’absence de dévaluation externe implique la nécessité logique de la dévaluation interne) il ne peut pas y avoir une place pour la gauche. Le Plan A, c’est-à-dire l’euro et l’Union Européenne, est l’ennemi à combattre, comme le dit très clairement Giorgio Cremaschi dans un des vidéos que je t’ai montrés, non pas un objectif à poursuivre ! On ne peut pas mener une bataille politique efficace si on n’a pas le courage de montrer clairement qui est l’ennemi. La dimension économique, de plus, est très réductive. L’euro est un danger pour la démocratie : les exemples de Grèce et Portugal devraient être suffisants, mais ils ne le sont pas. Comment peut-on défendre, de « gauche », un système où tout gouvernement démocratique est soumis au chantage d’un bureaucrate non élu comme Draghi, qui peut mener au collapse un pays en un tour de main, en décidant (en violation de son mandat) de fermer ses banques ? L’euro c’est ça et dans le plan A on aurait ça. Les proposants du plan B ne parlent jamais du fait que dans le plan A qui leur est tant à cœur la Banque centrale serait toujours indépendante du gouvernement, et ceci pour la simple et bonne raison qu’un gouvernement européen n’existe pas, et que la Commission n’a pas une légitimation démocratique comparable à celle des exécutifs nationaux. On peut se leurrer qu’un jour lointain on aura des institutions démocratiques à l’échelle européenne. Mais pour le moment on ne les a pas.

Est-ce donc pour obtenir le privilège d’être à la merci de la BCE qu’il faut menacer l’Allemagne avec un plan B ?


C’est ridicule.

L’ennemi de la démocratie est l’indépendance de la Banque centrale. Mais à « gauche » personne ne s’en inquiète, quoique ce thème, qui était le thème central de mon livre de 2012, soit maintenant reconnu par des économistes absolument orthodoxes tels que Summers : « the pendulum has swung much too far regarding monetary neutrality, central bank independence and the dangers of discretion. » Une remarque qui n’est anodine qu’en apparence.

La « sortie à gauche » invalide le plan B comme option politique (et elle est donc suicidaire)
Deuxièmement, la découverte par la « gauche » de la nature radicalement antidémocratique de l’euro, dont je viens d’expliquer le fondement et que je dénonce en Italie depuis 2011, est tardive, et son essai de s’en excuser est suicidaire.

Tous les politiciens de « gauche » qui nous parleront de Plan B dans les prochaines semaines (et avant le prochain « tout peau ! ») ont activement soutenu dans un passé récent le régime antidémocratique qui nous opprime : ceci est le cas de Fassina, avec lequel j’ai maintes fois discuté, mais aussi et surtout de Mélenchon. Ces gens ont du retard, ils n’ont pas vu, ou ils n’ont pas voulu voir. De ce fait, qui est objectif, ils portent sur eux la responsabilité politiques et morale de tant de souffrance, de tant de morts qu’on aurait pu, peut-être, éviter, si on avait su prendre une position claire et nette à son temps. Il n’est jamais trop tard, on pourrait dire, et c’est vrai. Mais le retard est flagrant. Dans le cas italien il y a du pire : non seulement le retard, mais la trahison est flagrante, et ceci parce-que on sait bien que les Grands Prêtres du Parti communiste avaient bien clair déjà dans les années ’70 ce qu’un accord de taux de change fixe entrainait pour les travailleurs italiens (Fassina l’a appris, dit-il, grâce à mon livre, mais moi je l’avais appris grâce à Vladimiro Giacché, dont je te conseille ce livre incontournable).

Juste pour te donner trois exemples : (i) pendant une direction du Parti communiste qui eut lieu le 12 décembre 1978, Luciano Barca, un dirigeant très important du Parti, dit à propos du Système Monétaire Européen – le précurseur de l’euro : « Europa o non Europa questa resta la mascheratura di una politica di deflazione e recessione antioperaia » (Europe ou pas, ceci reste la couverture d’une politique de récession et déflation anti-ouvrière) ; (ii) ce jour même, dans son discours à la Chambre des députés, un autre dirigeant communiste très réputé, Luigi Spaventa, disait que le Système Monétaire Européen risquait de « configurarsi come un'area di bassa pressione e di deflazione, nella quale la stabilità del cambio viene perseguita a spese dello sviluppo dell'occupazione e del reddito » (se présenter comme une zone de déflation dans laquelle la stabilité du taux d’échange aurait été poursuivie au dépens du développement  de l’emploi et des revenus), et ceci à cause du fait que « non sembra mutato l'obiettivo di fondo della politica economica tedesca: evitare il danno che potrebbe derivare alle esportazioni tedesche da ripetute rivalutazioni del solo marco, ma non accettare di promuovere uno sviluppo più rapido della domanda interna » (l’objectif de fond de la politique allemande n’a pas changé : éviter le dommage qui pourrait être causé aux exportations allemandes par des réévaluations répétées du marc, sans accepter de promouvoir un développement plus rapide de la demande interne) ; (iii) et le jour suivant, dans sa déclaration de vote contre l’entrée de l’Italie dans le Système Monétaire Européen, Giorgio Napolitano, qui récemment a été à deux reprise président de la République, et qui a favorisé l’installation des gouvernements techniques qui ont poursuivi la stabilité de l’euro « au dépens du développement de l’emploi et des revenus »(je cite son ami), disait que l’idée que l’Italie « potrebbe evitare sviluppi catastrofici solo con l’intervento di un vincolo esterno nella forma di un rigoroso meccanismo di cambio » (pourrait éviter une catastrophe seulement avec une contrainte extérieure sous forme d’un mécanisme de taux de change rigoureux) fait “un grave torto a tutte le forze democratiche italiane” (un tort à toutes les forces démocratiques italiennes).

Tout était là, et ils savaient tout : que la contrainte monétaire mettait en danger la démocratie ; que cette contrainte ne visait pas à empêcher à l’Italie de dévaluer, mais à l’Allemagne de réévaluer (à savoir, d’avoir une monnaie cohérente avec la force de son économie) ; que cette contrainte était un instrument de lutte de classe, car elle aurait entrainé une déflation salariale (la dévaluation interne, dont on a parlé), c’est-à-dire, aurait lésé les intérêt des ouvriers, des employés, de la classe sociale que le Parti communiste, et ses héritiers, en tant que partis de gauche, était censé représenter et défendre.


Ils savaient.

Donc ils ont trahi.

Ils ne sont pas seulement des retardataires : ils sont des traitres, et ceci ne peut plus être caché (en tout cas, en Italie ce n’est plus possible de le cacher).

La réaction correcte, et « de gauche », à ce retard doublé d’une trahison serait l’autocritique, serait de s’excuser, d’admettre qu’on a changé d’idée, et d’expliquer pourquoi. La trahison on peut l’excuser : le monde était bien différent à l’époque, et on pourrait dire qu’un système économique mis en place lorsque l’inflation était une menace, n’a plus de sens maintenant, quand nous sommes tous menacés par la déflation (vois Summers plus haut). Mais le retard a été bien plus grave, car il a ouvert des espaces politiques immenses à la droite, comme j’avais prévu en aout 2011 sur « Le Manifesto » (c’est une espèce de « Libération »). « Les politiques de droite vont à l’avantage de la droite », j’écrivais. Chômage et déflation salariale, dans mon monde, ne sont pas des politiques de gauche. Leur conséquence (prévisible et prévue) a été la poussée des forces de droite : le Front National ici, la Ligue du Nord chez nous. Ceci a causé un autre retard, car pendant longtemps, si l’on disait ce que maintenant les politiciens de pseudo-gauche commencent à dire, c’est-à-dire que l’euro est dangereux pour la démocratie, exposait à une marginalisation, en Italie comme (surtout) en France. En agissant ainsi, la gauche se faisait dicter – par défaut – son agenda politique de la droite : il ne fallait surtout pas dire que l’eau mouille, si Mme Le Pen ou Matteo Salvini s’avisaient de le dire. Une attitude subalterne et conformiste qui a causé beaucoup de problèmes et qui continue à en causer.

Car, une fois parvenus à admettre la nécessité d’une option de sortie, pour s’excuser de ne pas avoir écouté ceux qui comme moi, ou Jacques en France, en parlent depuis des ans, les politiciens et certains économistes de gauche n’ont trouvé rien de mieux que de dire que « leur » sortie serait meilleure que celle des autres, parce qu’elle serait une « sortie à gauche ». Cette histoire a commencé en Italie il y a deux ans (avec des côtés complétement ridicules), et commence en France maintenant, car M. Mélenchon a besoin de se refaire une virginité.

Mais tout ceci est complétement idiot.

Comme l’ont dit très bien Marino Badiale et Fabrizio Tringali en Italie, au moment même où l’on admet qu’en sortant s’ouvrent des alternatives (gauche où droite), on déclare que en restant dans l’euro on n’a pas d’alternative : c’est ce que Fassina maintenant semble comprendre (pas de gauche dans l’euro, dit-il). Mais si ceci est vrai, alors la logique du plan A/plan B se révèle fautive, car on déclare que le plan A est intrinsèquement de droite, car dans le monde du plan A il n'y a pas de place pour la démocratie ! De ce fait, au moment même où l’on commence à déblatérer de sortie à gauche, le plan B est invalidé comme stratégie politique, car si l’on admet que des espaces de démocratie seraient possibles seulement en dehors de l’euro, c’est bien évidemment au plan C qu’il faut penser !

Ceci, bien sûr, si on aime la démocratie.

La « sortie à gauche » conduit la gauche à donner des messages politiques fourvoyants
Il est clair et évident que la sortie de l’euro, comme toute situation dans laquelle les rapports de forces entre classes sociales sont en jeux, peut être gérée de plusieurs façons. Mais ceci est banal. Dans mon livre de 2012 j’explique, ainsi que Jacques Sapir l’avait fait avant moi, que cette sortie devrait s’accompagner de mesures de protection des revenus des employés, etc. En fait, il faudrait que ce qui sont à gauche réapprennent à distinguer la contradiction principale des contradictions secondaires. Après avoir accepté une subalternité de facto à la droite sur la contradiction principale (qu’on aurait pu éviter en prenant une position claire il y a trois ou quatre ans), les essais de « différenciation » de la « gauche » sur les contradictions secondaires font plus de mal que de bien.

Par exemple, le collègue italien le plus engagé sur le front de la sortie à gauche a avancé, pour mettre en garde contre les danger d’une sortie mal conduite, l’argument que la fin de l’euro causerait (via inflation) une perte de pouvoir d’achat des employés.

C’est exactement le même argument de n’importe quel banquier central. La question qu’il faudrait se poser est donc : « Ce terrorisme sur l’inflation est-il justifié ? Et pourquoi à gauche on avance, sous prétexte de protéger les travailleurs, des arguments qui sont propres à la City ? »


La réponse est que le terrorisme est injustifié, et pour ceci je donne trois arguments : (i) la récente dévaluation de l’euro n’a amené aucune inflation en Italie (ni en Europe). C’est la déflation qui a entrainé une perte de pouvoir d’achat des travailleurs, pour des raisons que Keynes expliquait dans le Tract on monetary reform et que j’ai résumé ici (bref : si les prix diminuent, il faut que les salaires diminuent aussi, car autrement l’entrepreneur voit ses marges se réduire, et va virer des travailleurs. C’est ce qui est en train de se produire partout) ; (ii) jamais dans l’histoire des pays occidentaux on a observé une chute des salaires réels comparables à l’entité de la dévaluation nominale (je le montre ici) ; (iii) le travail scientifique par lequel le collègue pense démontrer qu’une dévaluation affecte négativement la distribution du revenu, et donc la sortie de l’euro serait dangereuse, a plusieurs faiblesses méthodologiques, et entre autres : (a) il considère le taux de change bilatéral avec le dollar, même dans les cases où, comme dans plusieurs crises de pays européens dans le SME, le taux de change plus relevant pour le déséquilibres était celui du marc ; (b) il ne se pose pas la question de qu’est-ce qui arrive dans le pays qui ont réévalué. Sur le premier point, si on considère le taux de change effectif (c’est-à-dire une moyenne des taux de changes des principaux partenaires commerciaux), ses résultats s’évaporent : la distribution du revenu ne dépend plus du taux de change (ce qui est parfaitement cohérent avec la littérature sur les déterminants de la part du salaire dans le revenu, où le taux de change n’est quasiment jamais pris en compte). Sur le deuxième point, il faut penser que si une dévaluation endommage les travailleurs, alors une réévaluation devrait les favoriser. Mais il n’en est rien. Si on inclut dans l’échantillon de notre ami de gauche des pays qui ont réévalué en correspondance des dévaluations des autres pays considérés, ses résultats s’évaporent encore une fois, et il n’est pas difficile d’en comprendre la raison. Je l’ai montrée ici par rapport à la crise du SME : on voit très bien qu’à l’occasion de cette crise la part des salaires avait diminué partout. Il n’y a pas de lien mécanique entre dévaluation et part des salaires (où salaire réel, c’est-à-dire pouvoir d’achat distribué au travailleur).

Pourquoi donc faire, en provenance de gauche, exactement le même terrorisme que les Banques centrales font, en provenant (on suppose) de la direction opposée ? Mais je viens de vous le dire : pour se donner une allure de gauche, pour dire que « nous avons la sortie à gauche, celle des autres est dangereuse » (même quand, lorsque la mienne ou celle de Jacques, prévoit l’indexation des salaires !). Cette attitude a un danger politique évident, qui en Italie a été déterminant (en sens négatif) : en faisant du terrorisme sur l’inflation, les collègues qui prônent en Italie la sortie à gauche ont empêché une réflexion sereine des syndicats. Ils ont ainsi pris sur eux une (autre) responsabilité politique énorme, car ils ont confirmé les syndicats dans l’idée tout à fait malsaine (et suicidaire) que le meilleur ami de l’employé soit une Banque centrale indépendante qui contrôle l’inflation !

Il devrait donc être clair comment le désir de se refaire une virginité « de gauche » amène beaucoup de ceux qui se sont tus jusqu’à présent, en très grande partie pour des raison d’opportunisme, à émettre des messages politiques très fourvoyants. C’est une chose qu’il faudrait éviter, car on ne peut pas penser à une issue démocratique de la crise qui ne passe pas par un rôle des syndicats, et on ne peut penser d’impliquer les syndicats si on leur donne des fausses indications sur la dynamique de l’inflation.

Le plan B assorti avec une sortie à gauche oblige la gauche à s’adresser à des incompétents
Il est un fait qu’alors que certains économistes ont commencé à prendre au sérieux l’option de sortie de l’euro il y a cinq ans (où même avant), d’autres n’ont pas encore sérieusement commencé à le faire, et ils sont tragiquement incompétents dans ce domaine. J’ai donné ici un exemple de cette incompétence, et on a vu à quoi cela a conduit. Ce n’est pas de la faute aux économistes qui ont étudié cet argument si jusqu’à présent la gauche n’a pas daigné les écouter. Continuer à ne pas les écouter maintenant, pour s’adresser à des novices, sous prétexte que ces économistes ont été écouté par la droite (et donc ne sont pas utilisable pour sortir à gauche), serait une autre tragique erreur. Les communistes italiens, comme je t’ai montré, n’ont pas (trop) donné dans ce panneau, mais ceci dépend peut-être du fait que l’histoire de la sortie « à gauche » en Italie est désormais un peu vieillotte, et commence à ennuyer tout le monde.

La sortie à gauche avec plan B décrédibilise la gauche
Il y a un autre effet à prendre en compte. Lorsque on parle de plan B, on l’a dit, on valide le plan A, c’est-à-dire qu’on légitime, indirectement, l’idée que le meilleur serait de rester dans l’Europe (bien-sûr, une « autre » Europe, à obtenir par la menace). Mais lorsque on parle de sortie à gauche, on déclare que seule la gauche serait à même de gérer comme il faut l’écroulement de ce système qu’elle aurait prôné jusqu’au moment de sa fin. La question se pose (et c’est Alfredo D’Attorre qui se l’est posée) de comment la gauche pourrait dire : « Bon, camarades, nous vous avons dit jusqu’à présent que l’euro était bon, mais maintenant qu’il s’est écroulé – ce qui démontre que nous avons eu tort – c’est encore nous qui allons, par droit divin, vous guider vers la solution ! ». Ce raisonnement ne tient pas debout. Si on valide le plan A, c’est-à-dire l’Europe (soit directement, soit indirectement), lorsque ce plan faillira il sera très difficile que les électeurs puissent faire confiance à qui l’a défendu contre toute évidence. Il y a des effets de mémoire desquels il est difficile de se passer en politique.

Que faudrait-il faire ?
Au lieux de déblatérer de plan B et de sorties « à gauches » (dont, entre temps, la droite fait semblant de s’être appropriée), il faudrait agir comme je le disais aux camarades romains :

(i) Parler clairement, et dire que l’euro et l’Union Européenne sont un projet impérialiste, antihistorique, antidémocratique (la Grèce devrait suffire comme exemple) et contraire aux intérêts des travailleurs (et par cela d’une société plus équitable et soutenable pour tous), et ce sont donc l’ennemi politique, un ennemi politique qu’on ne peut pas reformer, mais seulement combattre.

(ii) S’excuser pour les erreurs d’évaluations commises et pour le temps perdu.

(iii) Demander aux « pères nobles » qui plus se sont exposés dans la défense de ce projet abominable de faire un pas en arrière.

L’enjeu, pour la gauche, est de réussir à parler non seulement à elle-même, mais d’élargir sa base électorale. Elle ne pourra jamais aboutir à cela si elle ne se défait des personnages imprésentables qui ont revendiqué comme un succès le soutien donné à un projet dont on savait très bien (et eux-mêmes savaient très bien) que le but était la déflation salariale et la destruction de l’état social.

Vont-ils le faire ?
Non : pourquoi devraient-ils écouter cette humble Cassandre, s’ils ne l’ont pas fait pour cinq fois d’affilé ! Et quelles seront les conséquences de cet n-ième erreur politique ? Mais exactement celles qu’on a vu jusqu’à présent. En l’absence d’un message clair, le peuple de gauche va continuer à rêver d’une Europe qui n’existe pas, parce qu’elle ne peut pas exister (voire, au début de ce long discours, l’avis des collègues juristes). Ceci va retarder la formation d’une conscience de classe. Entre temps, la droite va gagner encore plus de terrain, et il est clair qu’elle va l’employer à l’avantage d’elle-même, et de ses mandants. En déblatérant des mérites d’une sortie à gauche, dont elle ne sait rien, parce que elle n’a fait rien pendant les dernières années pour s’y préparer, la gauche va rendre concret le danger d’une sortie géré par la droite. Peu à peu le souvenir de la Grèce va s’affaiblir, mais d’autres problèmes se présenteront (un exemple : le Portugal). Suite, il y aura une autre crise : le problème de la Grèce n’est pas résolu du tout, et surtout ce sont les Etats Unis, les vrais, qui n’ont pas résolu leurs problèmes. La nature des nôtres (c’est-à-dire, la criminalité de la monnaie unique) est de plus en plus difficile à cacher. Il s’en suit que ceux qui auront essayé de proposer, jusqu’à la fin, l’idée qu’une autre Europe serait possible, seront balayé par l’histoire droit dans ses poubelles.

Ceci ouvre à des scenarii très critiques, où une débouché violent et autoritaire n’est pas à exclure.

Tant nous aura couté la trahison et le silence de cette « gauche » qui s’est tue lorsqu’elle savait tout, et qui parle trop aujourd’hui, quand il lui faudrait plutôt écouter ! »



Moi aussi j’ai parlé trop. Mon cœur était trop gros, il fallait que je m’épanche, et c’était malheureusement avec vous. Et maintenant, vous ayant fait part de cette longue discussion avec mon ami, je sors. Je suis à Paris, il fait doux, je suis seul : c’est déjà un début de solution ! Il me semble correcte de vous prévenir qu’en sortant je vais aller à droite : on m’attend à l’ile St Louis, et si je sortais à gauche il me faudrait faire environ 40000 kilomètres à pied (et à la nage) pour y arriver. C’est juste pour revenir sur un point : sortir « à gauche » peut se révéler une terrible perte de temps…

53 commenti:

  1. Si tu es à Paris, je te conseille d'aller manger au restaurant grec La Crète, 85 Rue Moffettard : j’adore ses grillades au feu de bois en écoutant de la musique grecque...

    RispondiElimina
  2. http://video.corriere.it/sinistra-italiana-troppi-teatro-fassina-parla-strada-chi-rimasto-fuori/2b52dbde-8547-11e5-8384-eb7cd0191544

    RispondiElimina
    Risposte
    1. Alcuni anni fa, beh, per la verità, tanti anni fa, mentre imperava il verbo di Arrigo Sacchi con il suo calcio totale rosso-nero, il predellino sui cui sarebbe salito di lì a poco il Cavaliere nero - quello nero per davvero - per coagulare i consensi dei rossi (socialisti e leghisti) e dei neri (post-fascisti e leghisti) e trasformarli in moneta politica, un noto comico - ossia un autore che meglio dei tragici sa cogliere la verità di fondo delle cose - ormai scomparso e che, da cabarettista, per farla in barba al primo dei cabarettisti e cioè a Marziale continuava a fare il medico cardiologo, vale a dire Enzo Jannacci, svelò la nudità del Re degli Allenatori di quel momento, con le seguenti parole: "Nel calcio, va bene il 4-3-3, va bene il 4-4-2, va bene la trappola del fuorigioco, va bene anche l'ala tornante, ma se in porta c'hai un pirla...". Ecco, questo commento che è di una verità imbarazzante per chi conosce il gioco del calcio, mi è subito tornato in mente osservando lo spettacolo che è andato ieri in scena al Quirino di Roma: sì va bene parlare di lavoro garantito nei diritti e nel reddito; sì va bene - ci mancherebbe altro - parlare di assistenza sanitaria universalistica; sì va bene parlare di scuola pubblica; sì va bene parlare di welfare; sì va bene parlare di investimenti pubblici; e sì va bene pure invocare il nume tutelare di grido. Va bene praticamente tutto, ma se continui a giocare avendo in porta l'Euro, beh, allora sei un pirla.
      Aridatemi una sinistra che non si vergogni del proprio passato e che riscopra il senso dell'eterno mutare delle cose, delle trasformazioni, delle rivoluzioni: come posso pensare di propormi come 'alternativa' se sono incapace di pensare ad un'alternativa fuori dall'Euro, attribuendo all'Euro, e cioè a un fenomeno storico, un'etichetta di immutabilità e di irreversibilità che si è invece soliti assegnare ad entità metastoriche e metafisiche come (lo fu) il buon dio Quirino?

      Elimina
    2. Praticamente li ho battezzati! Ma tu ne sapevi qualcosa?

      Elimina
    3. @giuseppe vertugno

      Vedi, Giuseppe, io non entro nella questione relativa alla natura della sinistra, quale debba essere, come si debba manifestare ecc.; però c'è un limite a tutto. Il limite è proprio che l'€ elimina la contrattazione, il confronto, lo scontro, se vuoi (perché di questo si tratta); come fa un esponente di sinistra, che sa tutto, a non nominare lo strumento principe della sterilizzazione della dialettica sociale? Poi, come sempre accade nella storia, si vince o si perde, dunque puoi anche perdere, ma almeno avrai posto le questioni fondamentali in maniera corretta. Se invece tiri fuori "onestà" e "patriottismo" in maniera strumentale (amo tanto l'uno quanto l'altra), fai sorgere nell'ascoltatore il dubbio che tu vada là dove ti porta il cuore: che non è la sinistra, ma il posto in cui riponi il portafoglio.

      Elimina
    4. "Onestà", "patriottismo": quanta vuota retorica in bocca a dei politicanti come Fassina & Co.
      Do un consiglio a tutti, soprattutto ai giovani. Imparate le lingue, come dimostra l'estensore di questo post: vi serviranno. Per emigrare.
      Bonne chance.

      Elimina
    5. Ci sono rimasto male anche io, ma una parte di me sempre più cinica mi dice fin da subito " ma davvero ci stavi a sperare, coglione? ". Ma d'Attorre e Fassina ai convegni col professore che ci venivano a fare allora? La corte ai lettori del blog? Va bene, lasciamo perdere..professore sarà ancora a Parigi il 21 novembre, giusto? Vengo a vederla se possibile.

      Elimina
    6. Sapevo, Professore, dell'iniziativa in cui, ben inteso, da elettore di sinistra, ripongo speranze. Ho seguito dalle colonne di questo blog e non solo l'evoluzione di Fassina e D'Attorre e ho gioito per il loro smottamento da un partito che nato con altri auspici si è rapidamente trasformato nella nemesi storica di un'idea alta di una certa forma di agire politico in Italia. Ho guardato quindi ai passaggi dei due politici e ne ho compreso anche alcune giravolte: sono infatti convinto della bontà delle loro riflessioni critiche sull'Euro e sulla reale motivazione che sta alla base della sua costruzione. Sono anche certo che, proprio grazie a questo percorso penitenziale, avvenuto con il Suo impulso e sostegno, sia venuta loro la forza di abbandonare un partito nato intrinsecamente eurocentrico. Tuttavia è evidente dai resoconti che si leggono sulla stampa che l'incontro di ieri, cui non ho potuto partecipare perché impegnato in un turno di guardia presso l'ospedale per cui presto servizio, si è rivelata una buona occasione per riunire un "volgo disperso che nome non ha", assegnargli l'etichetta che quel volgo sa essergli propria, attirare l'attenzione di qualificati giuristi di area, di illustri professionisti nei campi più svariati, persino di uomini politici della cd. Prima Repubblica ingiustamente ostracizzati (parlo di Giorgio La Malfa, della dottrina di economia politica e della tradizione repubblicana che il suo nome evoca). Ma, c'è un ma. Ho come l'impressione che entrambi abbiano paura. Paura di dire quello che intimamente pensano e sanno. Paura di affermarlo al di là delle trincee. E così si rifugiano nella parata di luoghi comuni - l'onestà, la missione, l'ambiente, per citare altri termini invocati in maniera strumentale, come opportunamente e puntualmente rileva Celso - girando attorno alla Cosa, senza nominarla. Pertanto, sono proprio curioso, Professore, di ascoltare D'Attorre nella Sua due giorni a Montesilvano.

      Elimina
    7. Io invece non ne sapevo nulla perché in altre faccende affaccendato, e il resoconto che vi ho dato della discussione col mio amico, per quanto spectacularly well-timed, è solo casualmente correlato a questo evento. Qui i punti sono due:

      (1) Fassina e D'Attorre fanno ovviamente bene ad aggregarsi a qualcosa: il gesto eclatante di uscire dal PD lo hanno fatto, forse a qualcuno farebbe piacere che questo gesto coincidesse con un definitivo suicidio politico, ma se loro non vogliono suicidarsi non hanno altra scelta che fare quello che hanno fatto, per cui bene così (inclusa la simpatica escursione sulla zattera della Medusa a Parigi);

      (2) loro vorrebbero portare un consenso più vasto sui temi che ci interessano e che anche loro ormai condividono (D'Attorre di più, Fassina di meno, perché è ancora convinto che "un'altra Europa avrebbe/sarebbe/dovrebbe/potrebbe..." e via minchieggiando: su questo, purtroppo, non saremo mai d'accordo). Il punto che sollevo in questo post però rimane: non è dando un messaggio poco chiaro e intrinsecamente contraddittorio che si renderanno la vita facile.

      Però io non sono un politico, quindi invece di fare altre lezioncine mi limito ad aspettare. La mia nuova ideologia è il "finestrismo". Sto alla finestra a vedere cosa succede. Se volete, possiamo anche fare un partito: il PFI (Partito Finestrista Italiano).

      Ovviamente succederà quello che è descritto in questo post, ma questo è un altro discorso e lo faremo ex post, come al solito.

      Elimina
    8. @marco

      Non capisco perché ci resti male: ripeto: cosa vuoi che facciano? Che si suicidino per farti un piacere? Quali erano le alternative? Non credo ci fossero. Poi che questa, invece che un'alternativa, rischi di essere una tonnara, sono d'accordo. Tieni presente che un obiettivo strategico del quale avevamo discusso, cioè il frazionamento del PD, si sta realizzando.

      Elimina
    9. Pro memoria: ne avevamo parlato qui, in una replica un po' piccata allo stesso Fassina: http://goofynomics.blogspot.fr/2014/05/la-fassina-omnia-trina-perfecta-sunt.html. Quindi non direi che non è proprio successo niente, anzi...

      Elimina
    10. Il finestrismo ... divertente Prof. Comunque quelli del SI hanno incassato le critiche della 'zdora, sempre impagabile nelle sue illusioni di costruire la sinistra nel PD. Mi sembra un buon viatico ...

      Elimina
    11. Bè, questo è un ottimo segno! Quando avevo detto agli amici "ma non potete caricarvi Bersani, è impresentabile, ve ne rendete conto? Ha detto 'noi siamo quelli dell'euro'!" La risposta di A. era stata insolitamente grillina: "Ma perché lo attacchi così? Lui è onesto!" E affinché sappiate quanto vengo calunniato, vi confesso che con uno sforzo sovrumano trattenni (per fortuna) la replica che sgorgava spontanea: "Anche Eichmann!" (Poi dicono che sono cattivo!)
      Il fatto che certi padri "nobili" si autoeliminino è un processo senz'altro positivo. Non possiamo contare solo sul tempo, a questo scopo. Questo, ovviamente, se nel frattempo non vengono dette (troppe) altre cose ignobili!

      Elimina
    12. Però l'inno che hanno scelto non è male

      Elimina
    13. Baroni, lei vuole solo ferirmi nei miei sentimenti. È come sparare sulle ambulanze...

      Elimina
    14. Chi io? ma se mi dice che quando scrivo le "faccio due palle" ( cito testualmente l'ignominia) con DC che mi scoppia a ridere in faccia, per poi spararmi 666 pagine in francese facendomi vergognare di come conosco le lingue. C'ha ragione martinet, me devo dà 'na svejata...

      PS
      Lei che conosce Fassina, mi proponga come prosatore del loro Manifesto: de farsi du palle, forse, a qualcuno lì, servirebbe :)

      Elimina
    15. Baroni, lo faccio per aiutarla. Le donne sono generose di sé con chi le fa ridere. Ne approfitti, e lasci perdere Fassina. Sono molto geloso.

      Elimina
    16. E gliene sono grato, tuttavia mi preme ricordarle che sta parlando con un uomo piuttosto - come dire - navigato per quanto riguarda l'ambito in questione. Mi capisce, ne sono certo. Per quel che riguarda il Fassina, guardi, mi creda, la penso esattamente come Lei: la mia aspirazione massima sta nella conquista di una vita normale e pertanto la politica m'è del tutto invisa.

      Elimina
  3. Mais l'Ile St Louis, selon la géographie de la ville, elle n'est ni à gauche ni à droite des deux rives, elle est au centre. Et si vous devez tourner à droite pour aller à l'Ile, ça veut dire que vous etes déjà à gauche. Donc tout est relatif, sauf la nécessité objective de sortir, c'est-à-dire le plan C qui, pour nous les italiens, devient le plan T.

    RispondiElimina
    Risposte
    1. Non. Je suis à Nord et j'habite une maison dont la façade est exposé à l'Est.

      Elimina
  4. “Ce que je n’avais pas prévu, car je ne peux pas tout prévoir, était qu’il n’y aurait pas eu de limites à ce que nous aurons accepté.”

    “Par définition, le Plan B c’est une échappatoire, c’est la sortie de secours, dont on a finalement compris la nécessité, mais dont on préfère ne pas se servir, car c’est si beau de rester assis dans le théâtre européen, à regarder le spectacle de la déflation…”

    “[…] les politiciens et certains économistes de gauche n’ont trouvé rien de mieux que de dire que « leur » sortie serait meilleure que celle des autres, parce qu’elle serait une « sortie à gauche ».”

    “Ils ont ainsi pris sur eux [les collègues qui prônent en Italie la sortie à gauche] une (autre) responsabilité politique énorme, car ils ont confirmé les syndicats dans l’idée tout à fait malsaine (et suicidaire) que le meilleur ami de l’employé soit une Banque centrale indépendante qui contrôle l’inflation!”

    “En l’absence d’un message clair, le peuple de gauche va continuer à rêver d’une Europe qui n’existe pas, parce qu’elle ne peut pas exister.”

    Classic Bagnai!

    RispondiElimina
  5. Scusate, finché esiste una classe media, a tale classe media può essere fatto credere che, con una “giusta” meritocrazia, i suoi figli potranno appartenere alla futura classe dirigente. Nel corso degli anni ’80-’90 molti non si sono resi conto che ciò non era vero, e molti di essi venivano da un percorso di formazione marxista. Negli anni 2000 quegli stessi marxisti auspicavano per i loro figli un lavoro qualsiasi a Bruxelles o Strasburgo. Ora molti di quei loro figli sono disoccupati in Italia. C’è bisogno di aggiungere altro?

    RispondiElimina
  6. Bellissimo post. C'è dentro tutto.

    RispondiElimina
  7. Ecco in 6 punti il classico ciclo della sinistra europea:
    1) proclami altisonanti;
    2) solidarietà di intellettuali che accorrono;
    3) scontro con la dura realtà e fallimento dei proclami del punto 1);
    4) accuse di cedimento alla borghesia da parte delle fazioni più estremiste e degli intellettuali del punto 2);
    5) scissione delle fazioni più estremiste;
    6) ritorna al punto 1).

    RispondiElimina
  8. Oldies but goldies...e a proposito di sempreverdi, da vecchia che sono, mi sovvien l'adagio,"Ritenta! Sarai più fortunato" (da le memorie di un Boero).

    (Alessandra/Cassandra da Firenze stufa di ululare...)

    RispondiElimina
  9. Caxxo non sarò mai un vero europeo, speriamo in vocidallestero.it

    RispondiElimina
    Risposte
    1. http://vocidallestero.it/2015/11/10/alberto-bagnai-il-piano-c-o-splendori-e-miserie-della-sinistra-europea/

      Elimina
  10. Meraviglioso post. Il tradimento dell' asinistra spiegato ai francesi è spettacolare. Il piano B si potrebbe spiegare con la necessità delle varie leadership (Vendola, Varoufakis, Melenchon, Ferrero, Lafontaine) di ritagliarsi una via di uscita dal vicolo cieco nel quale si sono cacciate. Come sempre prevale nei leader della cosiddetta sinistra l' esigenza di salvare prima di tutto il proprio culo. E non mancheranno gli stolti che, come i recenti episodi di Bologna ci insegnano, individueranno il nemico nel Salvini di turno, ritrovandosi alleati della BCE e dei mercati finanziari nella difesa dell' eurofascismo. Complimenti !

    RispondiElimina
  11. Oggi , a Bologna, alcuni movimenti (lega, Fratelli d’italia, forza italia) hanno organizzato una manifestazione in pz Maggiore per dire no ai vincoli europei richiamandosi alla sovranità nazionale… Apro il TG, e vedo folle inferocite munite di bandiere rosse (falce e martello) sventolanti che urlano odio contro la manifestazione della lega e soci. Costoro, i rossi, sostengono che la manifestazione in pz Maggiore sia piena di nazionalisti e razzisti…. Non ci capisco una mazza, questi soggetti, veri esemplari comunisti, non hanno mai alzato un dito contro il job act, la distruzione di posti di lavoro, il massacro della grecia ecc. ecc. Oggi, si scontrano brutalmente con la polizia, incendiano binari per raggiungere una piazza e malmenare pensionati e casalinghe. Boh!

    RispondiElimina
    Risposte
    1. Ezio, lo la penso esattamente come te. Magari se si guardavano allo specchio vedevano il vero nemico. Mi tornain mente quella vecchia poesia di Pasolini

      Elimina
    2. Pasolini è un classico, cioè un autore che ha acquistato, con la vita, il privilegio che io ho ottenuto gratis: quello di non essere letto! Questo è solo uno dei tanti motivi per i quali mi considero fortunato.

      Elimina
    3. @Alberto Bagnai 8 novembre 20:27

      Al momento Pasolini viene incensato e ciò mi insospettisce, anche perché un poco sospettosa sono:

      incensetur ut amoveatur, oppure, ancor più maccheronico "incensatur ut amoveatur" e naturalmente si continua a non leggerlo e a non capirlo, volutamente, direi.

      Non più tardi di dieci giorni fa ho dovuto sorbirmi l'ennesima bordata contro Pasolini nostalgico del passato, che è anche; peccato che il discettatore, con una lieve omissione o imprecisione, come gli ho fatto notare, dimenticasse di dire che "allora" proprio il nostalgico Pasolini aveva visto quanto c'era "allora" in piccolo, poi diventato macro, nel panorama socio-ideo-antropologico nostrano.

      E lo credo che ora lo incensano, per metterlo da parte, proprio quelli con cui avrebbe parlato - perché davvero cercava di parlare a tutti - e che sono frutto e rafforzamento della degenerazione ormai da tempo in atto.

      Elimina
    4. Salvini? Sembra faccia apposta a non voler vincere le elezioni. Avra' i suoi buoni motivi. Gli altri? Pupazzi idioti, che dolore vedere quelle bandiere in mano a cotanta marmaglia. Oggi assemblea retribuita, presentazione piattaforma rinnovo contrattuale metalmeccanici. Una cinquantina di persone su mille e passa di due multinazionali. La collega che impallina il rappresentante CGIL ricordandogli gentilmente che contro la riforma Fornero la dura lotta e' consistita di tre dicesi tre ore di sciopero. In compenso propongono di usare i fondi COMETA per finanziare le aziende italiane e superare la recessione. Ole'.

      Elimina
  12. Risposte
    1. Il titolo è così. Altrimenti non gli avrei dato delle mignotte.

      Elimina
    2. Si, ma le cortigiane possono essere dotate di splendori intrinseci (oltre che di qualche miseria). Costoro sono solamente ciò che, in termini eleganti e forbiti, si definisce "glory hole"
      L'adequatio rei et intellectus è importante...

      Elimina
    3. E io che conoscevo solo la "Hand of Glory"...! (non vi è nessuna allusione, Velo) http://www.whitbymuseum.org.uk/collections/hogg.htm

      Elimina
  13. Diciamo che Salvini vince le elezioni : prima di avere l'incarico Mattarella dovrà accertarsi che il nuovo governo non operi fuori dal quadro €uropeo (nel caso se lo dimentichi basteranno le telefonate da Francoforte, Berlino e Washington): il precedente portoghese insegna. Più tutti quelli che gli consiglieranno di pensare alla salute e di non sciupare l'occasione per cacciare la sinistra dal potere.

    RispondiElimina
  14. Quando attaccano 'Happy Days' non lo fanno perché si sentono lontano da Fonzie, ma perché si sentono lontani dalla felicità. Senza scomodare la costituzione americana e la filosofia politica, io invece credo che la felicità sia l'orizzonte politico da dare agli italiani".


    CROZZA AL LAVORO!

    RispondiElimina
  15. Ci ho messo tutta la giornata a leggere il post. Cosa aggiungere? beh, nulla, e infatti ero tentato di non commentare e... di rimettermi a leggerlo, parola per parola; e non per decifrare qualche significato nuovo fra le pieghe del discorso, che non ci fossimo detti o non avessi colto prima. Ma perchè è scritto di getto con la sincerità viscerale dello sfogo e la passione ragionata dello studioso. Uno sfogo sí, ma disciplinato, che parla al cuore e alla testa. Vi aspettereste un "ma"... e vi beccate un "quindi": quindi me lo vado a rileggere

    RispondiElimina
    Risposte
    1. Un semplice "quindi" sarà sufficiente.

      Elimina
  16. Post bellissimo, ma ora sto tremando. Il francese lo capisco, il post spagnolo aveva l'originale in italiano...per favore professore, prima dei post in inglese e tedesco, si ricordi che se il buon Dio avesse voluto che l'Europa parlasse inglese, non ci sarebbe stata la Pulzella di cui sopra.....e quanto alla lingua tedesca la Sua opposizione non si è mai smentita neppure ai giorni nostri...

    RispondiElimina
    Risposte
    1. Dovresti sapere che il 666 è poliglotta. Guarda Martinet, ad esempio...

      Elimina
    2. Kогда будет следующий пост? на тамильском языке!

      Elimina
    3. Grazie, il Folletto lo abbiamo già.

      Elimina
    4. Scusi, ciò provato - so' ggiovane, me serveno un po' de sordi, dottò.

      Elimina
  17. Scusate, giacché è un post in lingua d'oltralpe, segnalo qui questo simpatico "étude" citato da "Le Figaro" di oggi. Sono simpatici, dichiaratamente liberisti (d'altronde, Le Figaro è tutto fuorchè progressista), e con a cuore solo il bene dei cittadini europei. E' comunque una lettura interessante, e a parte altre chicche divertenti segnalo a pagina 23 la seguente frase:"L’IEM est une organisation à but non lucratif financée
    par les cotisations volontaires de ses membres :
    individus, entreprises ou fondations. Affirmant
    son indépendance intellectuelle, il n’accepte aucune
    subvention publique." ma daje a ride..

    RispondiElimina

Tutti i commenti sono soggetti a moderazione.